aieconfiancerosesDans l’écheveau de mes souvenirs, je tire un fil au hasard, je le suis en fermant les yeux et me voici, soudain, en robe rouge, tenant sur le bras mon bébé assis, son petit bras dodu autour de mon cou. Où allons-nous de ce pas estival ? Je chantonne à mi-voix, elle aussi, nous sommes des complices de la promenade. Tantôt, au parc, je la poserai et elle ira, titubante et ravie, droit devant elle et moi droit derrière ! Je revois ses yeux bleus, ma robe rouge, et sa jupe à larges panneaux ceinturée à la taille, et notre gaîté intérieure.

    Aujourd’hui, elle est une femme sérieuse, active, mère de grands enfants.  Mais, mine de rien, elle tient à l’œil ma vie solitaire. Je n’ai plus l’âge des robes rouges,  mais je me permets le débardeur écarlate par-dessus le chemisier blanc.

     Un jour, j’aurai besoin de son bras pour marcher comme elle a eu besoin des miens. Elle ralentira simplement le pas et près d’elle je me sentirai à la fois forte...et un tout petit peu, seulement un tout petit peu...faible.aplustard2

LORRAINE