Un léger brouillard nimbe la prairie d’octobre.  Anthony pousse la porte : elle est là, étendue parmi ses foulards et ses châles, jeune convalescente d’on ne sait quel nébuleux chagrin d’amour ou de quel vague à l’âme d’ automne dont le vent tournoie avec les feuilles.

       - Ma languissante, comment vas-tu ?

       Hésitante, la main  finement baguée dessine un geste de mouette.  Une main qui rêve. Il la saisit, prompt, et la retourne.  Son œil initié de devin scrute la paume.  Aline a l’incomparable regard des femmes qui se savent aimées et font semblant d’en être lassées.

       - Que cherches-tu encore, Anthony?  Tu sais tout…

      Il hausse les épaules : sait-on jamais tout quand l’amour vous poursuit et que la douce s’y dérobe ?  Elle a fermé son poing délicat, mais sans peine il dénoue les doigts et les caresse :

     - Aline, laisse-moi lire ton avenir…et le mien.

     Elle s’étonne : « Le tien ?  Mais tu le connais.  Tu dis toujours : j’ai une belle ligne de chance, donc… »

      Il hausse les épaules, impatient. Et se penche sur la main enfin abandonnée :

      - Malheureuse ! qu’est-ce que tu nous prépares !..Ce mont de Vénus proéminent, ce Mont de la Lune passionné…Qu’allons-nous devenir, hein, je te le demande ?

     - Mais rien, dit-elle, rien du tout.

     Il y croit, lui, aux lignes de la main, il a 25 ans, il aime Aline, mais elle l’aime bien, tout femme (daysideria)90635398simplement.  Et dans sa main ne voit qu’un entrelacs de traits, la paume creusée comme un puits sous le pouce bombé et les coussinets des phalanges. Les lignes hachurées, indociles, sont seulement pour elle des petits plis d’usage,  et rien d’autre.

      - Mais c’est ta ligne de cœur qui s’en va nez au vent, maugrée-t-il, selon tes caprices et tes émotions. Tu serais infidèle, par hasard ?

     - Infidèle ?  je ne connais personne..

    - Moi, dit-il farouchement.

    Elle se dégage et avec un regard de tendre amitié, qui condamne à jamais l’éclosion de l’amour, elle murmure :

     - Allons , Francis,  toi tu as une belle ligne de chance.  Tu peux tout entreprendre, tout réussir…

      Y compris , un jour de tempête, sa chute dans l’océan déchaîné. Certains parlèrent de suicide…

 

LORRAINE