Les poètes aiment les chats, c'est incontestable! Pour peu qu'on se penche sur leurs écrits, ou quelquefois sur leur biographie, un chat apparaît, deux chats ou plus. Il est le compagnon privilégié, celui qui s'étend sans bruit sur le tapis à côté de l'homme qui médite, tandis que lui, le chat, s'endort. Il est l'indépendant qui saute sans vergogne sur le bureau et s'y prélasse, sous le regard à la fois interloqué et attendri de son maître. Il est le câlin qui se réfugie sur les genoux de l'écrivain et le détourne de ses cogitations. Il est un trublion, un fieffé gredin et un adorable compagnon.

     Qui oserait dire le contraire?... Certainement pas François Coppée...

LORRAINE

Nina Flikr

Photo Nina (Flikr)

 

 "Et dans mon calme coin de vieux célibataire

 Toujours les chats prudents

 Les chats silencieux

 Promènent leur beauté, leur grâce

 Et leur mystère"

 

 (François Coppée)