La "Belle Epoque"  qui s'étend de la fin du XIXème siècle à la guerre de 1914  fut marquée par une forme d'insouciance due au développement économique, social, technologique et politique en Europe. Des tableaux nous la restituent, des romans la mettent en scène, des gravures nous laissent rêveuses devant les silhouettes féminines où la taille se cintre tandis que la tournure rejette la jupe en arrière, lui donnant un petit air fripon ( et quelquefois grotesque!). 

     Jean Béraud est l'un de ces peintres qui sut croquer la femme en sa vie quotidienne. La femme aisée, je le Jean_Béraud_Jeune_femme_traversant_le_boulevard

souligne, aristocrate, artiste ou grande bourgeoise. La classe ouvrière ne pouvait s'offrir volants et dentelles, velours et passementerie, tout ce qui, en plus du corsage à baleines, dessinait la "Mode". Il fut l'un des principaux peintres de la vie parisienne, dont il restitua l'ambiance d'un oeil absolument précis où se discerne aussi, à  l'occasion, un brin d'ironie.

     Rendons son pinceau au peintre et voyons: il ouvre le rideau...

Jean Béraud -femme

Femme jean-beraud

 

la modiste jean-beraud-russian-born-french-impressionist-painter-1849-c-1935-the-milliner-on-the-champs-elysees-1353222456_b

LORRAINE