Mon Milord s’est est allé pour toujours. Je voulais le taire, garder pour moi ce chagrin si difficile à accepter. Mais j’ai si souvent parlé de lui dans mes billets que beaucoup d’entre vous le connaissent et quelquefois m’en parlent. C’est pourquoi je vous le dis…    

         Nous avons vécu dix-sept ans ensemble ; il fut une présence, une consolation, une amitié chaleureuse et douce, un compagnon de tous les moments.  Il est parti sans souffrir. Cela me console. Un peu…                       

 

Devant TV

LORRAINE