Je suis sortie de la maison sans avoir peur

J’ai retrouvé la nuit et ses appels trompeurs

Personne n’attendait ma visite d’errance

L’ombre cachait mes pas, j’allais dans le silence

 

       La nuit est une amie

 

Le banc d’été bordait la pelouse dormante

Je t’ai attendu là, apaisée et confiante

Sachant que tu viendrais par l’allée aux cyprès

T’asseoir à mes côtés et que tu sourirais

 

         La nuit est une amie

 

Qu’importe que je sois une femme qui rêve

Si tel est mon bonheur et ta présence brève

Ressuscite le temps où nous étions heureux

Qu’importe que je croie quelquefois être deux !

 

       La nuit est une amie

 

LORRAINE

 

jardin soir été saisons-vives