(Consigne: L'Atelie d'Ecriture avait imposé la première phrase. J'ai donc fait la suite!)     

 

XXX

 

Quand, les deux yeux fermés, en un soir chaud d’automne

De qui rêviez-vous donc ? Le sofa soutenait votre tête bien faite

Vous étiez comme un ange et souriiez, jeune homme

A  qui, a quelle femme, à quelle aimable fête ?

   

Vous ne le direz pas. Le tableau pour toujours

Sa tait sous vos yeux clos. Je serai la passante

En ce Musée discret,  qui m’arrêta un jour

Devant ce sommeil tendre et  inventa l’absente

 

Celle à qui vous rêvez depuis plus de cent ans

Un repos immortel évite la souffrance

Elle n’est plus qu’une ombre et s’efface le temps

Du sommeil bienheureux et l’écho d’une danse

 

 

LORRAINE