mardi 21 décembre 2010

AU REVOIR, MES CHATS (suite)

(Pour les amis qui suivent ces "Histoires de chats", je rappelle que j'ai écrit ce texte il y a quinze ans (j'avais écrit "vingt ans" dans le précédent chapitre, mais je me trompais.) Donc, il est important de repartir en arrière avec moi, pour comprendre l'évolution du récit) XXX      Je suis aujourd'hui une vieille dame. Une vieille dame seule. Maurice est parti voici trois ans pour le grand voyage d'où l'on ne revient jamais. Je poursuis ma route vaille que vaille. Fabrice a 18 ans, Florence... [Lire la suite]
Posté par incarnat à 11:05 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 9 décembre 2010

AU REVOIR, MES CHATS

     (Ceci est la suite de "Elliott se venge).XXX      Et deux ans plus tard, Florence naquit. Petite fleur au regard si bleu, ronde et ferme, elle aussi s'éprit du chat de la famille, cet Elliott qui devenait tour à tour confit et bien en chair.     Fabrice avait alors trois ans; il s'amenait chez nous avec son sac de petites autos et devenait pilote de ligne, châtelain, garagiste, couché sur le tapis, manipulant son écurie de voitures avec vélocité, sous l'oeil toujours... [Lire la suite]
Posté par incarnat à 10:17 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 25 novembre 2010

ELLIOTT SE VENGE (suite)

     Elliott n'est plus jamais reparti en de tels vagabondages. Je rcois qu'il voulait nous donner une leçon. En compagnie de Copain, ils font quelquefois le tour du quartier, jouant soudain à grimper aux arbres de l'avenue, ou à sauter sur un pilier à l'entrée d'une maison. Il mène sa petite vie avec insouciance. Ce n'est pas un chat compliqué, il n'a pas comme David des accointances avec les humains, il ne se sent pas mutant, il est chat, tout simplement. Mais il y tient. Et sait le faire comprendre. ... [Lire la suite]
Posté par incarnat à 12:16 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 18 novembre 2010

ELLIOTT SE VENGE (suite)

      Quand nous rentrons quinze jours plus tard, c'est un chat un peu amaigri mais heureux qui se précipite vers nous. Ses coups de tête, ses ronronnements, sa frimousse dont les yeux clignent avec tendresse, nous prouvent qu'il nous attendait et se réjouit  comme nous-mêmes. Après les retrouvailles, nous nous affairons, je téléphone à Marianne, vide les valises, Maurice ouvre le courrier, prend une douche, le soir tombe et nous allons nous mettre à table quand des miaulements éplorés nous parviennent: où... [Lire la suite]
Posté par incarnat à 16:06 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 24 octobre 2010

ELLIOTT SE VENGE (suite)

     La vie continue. Un petit Fabrice est né chez Marianne. nous sommes des grands parents à présent et ce bout d'homme qui nous vient là entrecoupe ma vie de grands moments de bonheur. Le bonheur tout particulier de tenir contre soi un enfant qui s'abandonne, sourit, reconnaît un visage, gazouille, grandit. Il vient souvent à la maison, pour une heur ou une nuit, pour un jour ou deux, chaque fois que c'est possible ou nécessaire,puisque sa maman, elle aussi journaliste, a des horaires farfelus comme moi. Nous essayons... [Lire la suite]
Posté par incarnat à 10:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 15 octobre 2010

ELLIOTT SE VENGE (suite)

     Il prend très au sérieux désormais son rôle de gardien, Elliott; il fait semblant de dormir, c'est une tactique, et le museau sur les pattes, entrouvre un oeil juste à temps pour apercevoir, se pavanant sur le toit du garage, le Minou d'à côté, qui s'en vient tâter l'ambiance. Lui aussi sait que David n'est plus là; compterait-il Elliott pour rien? Il aurait tort, Elliott se dresse tel un justicier, plie les jarrets, s'élance. Minou décampe. Les chats entre eux savent bien qui est le maître et ne le contestent que... [Lire la suite]
Posté par incarnat à 17:25 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 20 septembre 2010

ELLIOTT, CE COPAIN (suite)

   Mes deux chats font mine de s'ignorer tout en se tenant à distance respectueuse. Ils ne vont pas, fraternellement, dévorer le même festin; d'ailleurs leurs goûts diffèrent bien qu'Elliott, amateur de viande, ne dédaigne point les reliefs de sardines écrasées avec du pain dont se délecte David.     Celui-ci affiche plus que jamais son droit d'aînesse; il tolère mais de loin, l'intrus qui, bon enfant, cède toujours la place: sur le divan, près de l'âtre, dans la prairie, sur nos genoux. Il est le second et je... [Lire la suite]
Posté par incarnat à 18:33 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 13 septembre 2010

ELLIOT, CE COPAIN

     L'été qui suivit son mariage, Marianne entraîna son mari un dimanche matin au grand marché où l'on vend de tout. Elle a une idée en tête mais n'a rien dit à personne. Et la voilà qui s'arrête devant des paniers à claire-voie, d'où surgissent une patte minuscule, un nez interrogateur, des petits cris de joie ou de colère.      - Si on achetait un petit chat? Regarde comme ils sont beaux!      Un chat! C'était donc cela ce goût subit pour le marché qui ne l'intéressait guère en temps... [Lire la suite]
Posté par incarnat à 09:42 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 29 août 2010

David et C° (suite)

     Comme dit David, le temps passe. C'est hier, me semble-t-il, que nous sommes entrés dans cette maison et nous y logeons depuis déjà trois ans! Trois ans d'intense activité: articles magazines pour revues féminines, éducatifs pour des éditions pédagogiques, numéros spéciaux d'enseignement deux fois par an, conférences pour l'Ecole des Parents et des Educateurs, et surtout chaque semaine, choix des collaboratrices et des rubriques, maquettes des trois pages féminines hebdomadaires dont je suis responsable. ... [Lire la suite]
Posté par incarnat à 10:19 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 11 août 2010

DAVID ET C°(suite)

   David n'a aucun ressentiment  contre Harry, le merle qui niche dans le coin de notre plus haute fenêtre et s'en vient siffler debout sur la gouttière, en haut du cerisier du Japon, ou tout bonnement par terre en nous défiant de ses petits yeux noirs. Je l'appelle "Harry" et il répond en une ritournelle qui, dès février, annonce le printemps. Je  l'aime pour son bec jaune éclatant dans son plumage noir, pour le guet du crépuscule quand, d'un toit pointu il lance un chant chaque fois renouvelé, l'annonce... [Lire la suite]
Posté par incarnat à 09:58 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , ,