vendredi 31 octobre 2008

L'AMOUR A UN FIL

Le premier baiserDu premier amourDoucement poséSur ta bouche closePur comme un pétaleTombé d’une roseParle du passéParti sans retourLe premier aveuSous le vent d’automneLe parc embruméL’arbre qui frisonneSouvenir d’un soirAu bonheur pluvieuxEn ton cœur résonneSon écho frileuxLe premier chagrinLa première peineTes yeux étonnésLe jeu des soupçonsLa confiance feinteLe jeu des questionsL’amour a un filBalance sa crainteLORRAINE
Posté par incarnat à 12:07 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 30 octobre 2008

J'AI FROID...

    J’ai froid. Le chauffage vient de se remettre en route, mais en panne depuis deux jours, j’ai froid jusqu’à l’âme.     Oh ! ce n’est pas grave, simplement je me suis sentie autre. Comme la mendiante assise sur le sol devant le grand magasin et qui, quelquefois, glisse subrepticement ses mains sous ses bras pour les réchauffer. Comme les sans abris qui dorment sous le porche des églises ; comme les réfugiés de ces pays lointains qu’on voit parfois à la TV, sans bien savoir d’où ils viennent et surtout qui... [Lire la suite]
Posté par incarnat à 11:28 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 30 octobre 2008

L'ENVERS DU DECOR

Eau blafardeAccroupie sous le pontFaubourienArrières des maisonsCrevassées de lucarnes Le trottoir suinteTel un squelette oubliéUne gerbe insoliteDisloquéeNauséeuseGonflée de vieilles fleursNaviguePlus morte qu’un noyéLORRAINE Fleurs fanées
Posté par incarnat à 10:20 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 29 octobre 2008

LE CINEMA D'AUTREFOIS

   Tout le monde ne peut en dire autant : j’ai connu toute petite le cinéma qui s’offrait encore le luxe de trois films consécutifs : les actualités, le comique et le sentimental. J’avais quatre ou cinq ans, et je comprenais à ma façon les cavalcades du cow-boy intrépide qui vous arrachait un homme de son cheval d’un ample lancer de lasso, ou la cavalcade d’Indiens surgissant de l’immensité à la poursuite d’une diligence.     Des valses langoureuses emportaient des demoiselles en crinoline et leurs... [Lire la suite]
lundi 27 octobre 2008

CECI EST TON CORPS

    Ce livre, Gabriel Ringlet l’appelle « Journal d’un dénuement ». Et c’est bien de cela qu’il s’agit. Deux souffrances se côtoient,  surgissent dans les blessures humblement et désespérément physiques, et  se réconfortent, envers et contre tout, dans les valeurs spirituelles. Dans le silence aussi ou dans les mots,  une main abandonnée, un sourire ébauché, la prière ou des pensées glanées dans un livre, ou au fond de soi : « J’appelle âme ce qui ne cicatrise pas » (« Les Carnets du méditant » de Salah... [Lire la suite]
Posté par incarnat à 16:54 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 27 octobre 2008

Posté par incarnat à 12:36 - Commentaires [2] - Permalien [#]

samedi 25 octobre 2008

LE PASSE DEFIGURE

   La ville vrombit. On ouvre les trottoirs, on cisaille un vieux poteau, on creuse la chaussée, on démolit à grand fracas l’ancienne maison du coin, la suivante, toute l’allée...Pourquoi ? Pour rénover, embellir, reconstruire. Notre passé s’émiette. Comme s’est émietté le passé de nos parents, celui de nos grands-parents. Par-ci, par-là, les démolisseurs ont préservé une vieille tour du XIVè siècle qui se demande ce qu’elle fait au milieu de l’alignement monotone des buildings à perte vue, tous à usage professionnel. Le... [Lire la suite]
Posté par incarnat à 10:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 24 octobre 2008

EN PARCOURANT LES BLOGS...

    Je viens de feuilleter quelques blogs au hasard. On y parle de tout, de rien, de soi, parfois des autres. Avec humour ou gravité, chaleur ou ressentiment. C’est vrai, le blog est un cahier ouvert où l’on exprime ce qui importe dans l’instant et peut mourir aussitôt ; ou ce qui perturbe et inquiète parfois longtemps.    Il est rare que je me confie. Peut-être par déformation professionnelle (j’étais journaliste), j’ai plutôt l’habitude d’exposer, de commenter ou d’analyser un fait ou un sentiment, mettant une... [Lire la suite]
Posté par incarnat à 16:47 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 23 octobre 2008

ON DIT QUE JE SUIS FRAGILE...

        Je crois bien que j’ai attrapé un coup de soleil.  Sur la tête.     Vous rendez-vous compte ? J’ai soudain des ailes aux pieds, comme les Sirènes des Grecs, mi-femmes mi-oiseaux aux  pattes dotées d’ ongles fourchus .      Depuis ce matin, j’hésite : si je m’envolais ? D’accord, mais pour aller où ?  Chez ma sœur ?  Chez mon copain ? Ou alors, carrément à Venise ?  je me poserais auprès des pigeons de la Place St Marc, je glousserais comme eux, ensemble... [Lire la suite]
Posté par incarnat à 09:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
lundi 20 octobre 2008

HESITATION

Dentelle rose du couchantQue dites-vous à lèvres closes ?Un oiseau, une fleur, un chant,Un prélude, un violon, ces chosesEspèrent peut-être le printemps ?La galante féerie du soir            Qui comme pluie tombe du cielEst-ce l’automne qui conspireEn un instant bref et vermeilOu la journée qui se retire ?L’ombre a voilé de sa mantilleLe soleil encore en émoiMe direz-vous enfin pourquoiVous m’entraînez sous la charmille ?…Je ne vois plus que vous et moi.LORRAINE
Posté par incarnat à 10:46 - - Commentaires [4] - Permalien [#]