vendredi 25 mai 2012

LA VIE PARISIENNE

     Témoin de son temps,  Jean Béraud le fut avec un brio et un talent incontestables!  Grâce à lui, nous pénétrons dans la vie parisienne qu'il peignit avec un réalisme un peu moqueur, restituant l'ambiance des cafés de la Belle Epoque, croquant les rues de Paris et saisissant, le sourire aux lèvres (du moins je l'imagine!) les jolies femmes affairées qui y circulaient à pied ou en voiture. Il pénétra dans les salons feutrés de la bourgeoisie, peignit les petits métiers et fréquenta les hommes de... [Lire la suite]

jeudi 24 mai 2012

L'AMIE

       A l’époque où nous habitions au-dessus d’un magasin de bonbons, en rentrant de l’école je collais le nez à la vitrine et choisissais, en pensée, le chocolat que j’aimerais bien manger.  Cela n’arrivait pas tous les jours, mon père était mort, nous vivions chichement maman, mon frère  et moi, dans trois pièces trop petites.  La sécurité sociale n’existait pas, maman n’avait pas de pension, mon frère de 21 ans tentait tant bien que mal de subvenir à nos besoins. J’avais 9 ans. ... [Lire la suite]
Posté par incarnat à 23:17 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 23 mai 2012

ROULOTTE

           (La consigne nous conviait à parler de "Roulotte". J'ai fermé les yeux et je l'ai revue...)          XXX                       Cette roulotte qui vagabonde, je crois bien qu’elle sort de mon enfance : c’est une roulotte foraine! Chaque année, la Foire du Midi  dressait ses tréteaux sur le boulevard. J’aimais violemment... [Lire la suite]
mardi 22 mai 2012

Théo souffle. Nous allons savoir d'où vient le vent!...  
Posté par incarnat à 10:50 - Commentaires [17] - Permalien [#]
mardi 22 mai 2012

Ma petite-fille Florence  veille au grain. Théo va tenter une "doudouce" à Athéna sous le regard attentif de sa marraine. C'est un grand moment . Théo est mon arrière-petit-fils. Mais cela vous le savez déjà...  
Posté par incarnat à 10:40 - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 21 mai 2012

LE SIFFLET

  Un très ancien sifflet vibre dans l’air du soir Comme s’il réveillait en moi une complainte C’était, il m’en souvient, l’appel du savoyard Qui marchaid dans les rues en modulant sa plainte   Il vendait les journaux aux portes des maisons On lui donnait l’argent, il donnait les nouvelles Son béret, ses gros doigts, ses sabots, son haillon Je les revois soudain. Il sifflait de plus belle   Quand son chariot boiteux qu’il tirait d’une main Coinçait sur le trottoir. Une brusque colère,  La peur, je ne... [Lire la suite]
Posté par incarnat à 11:28 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

vendredi 18 mai 2012

LE FLEUVE TRANQUILLE

     La vie est un long fleuve tranquille ! Je ne sais pas qui a découvert cette contre-vérité, qui a pu un instant, rien qu’un instant , s’imaginer qu’on navigue à légers coups de rames sur une onde bleue et qu’on arrive enfin au débarcadère la joie au cœur.       C’est ignorer les croix des deuils, les cercles de médisance, les roues de l’infortune. Les ronces de la vie sont plus nombreuses que les roses.      Et pourtant ! Certains jours l’aube... [Lire la suite]
vendredi 18 mai 2012

ATTENTE AU BORD DU SOIR

Au bord du soir, la magie attend, si infime que personne ne la voit.  Ayez pitié de cet instant qui passe et ne reviendra plus, accueillez-le comme une tourterelle sur le toit de la maison. Voyez comme attendre fait mal, quelquefois, même si personne ne pleure. Les longs soirs sans lune ont des reflets bleutés, ils parlent d’absence, nul ne les habite, ils tournent le dos au présent, ils regardent le passé. Ils attendent et se taisent. N’espérez rien. Au bord du soir s’abîme toute la désespérance de l’amour.  LORRAINE ... [Lire la suite]
Posté par incarnat à 10:31 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 15 mai 2012

PAS DE BEMOL

      (Le sujet de la consigne "Il n'y a pas de bémol..." m'a aussitôt fait penser à la musique. Normal, non? J'ai donc raconté une petite histoire sans façon...) xxx      « Il n’y a pas de bémol avec une jupe rouge », m’a dit le beau garçon aux yeux bleus que je heurtai très légèrement dans la foule du samedi soir. Ma jupe rouge faisait un effet boeuf ! Il l’avait remarquée avant de me voir, elle avait un peu l’air d’ameuter les foules comme le torero ameute le taureau. Sauf que moi... [Lire la suite]
samedi 12 mai 2012

LES BEAUX DIMANCHES D'AUTREFOIS

     A cette époque, maman et ma sœur lisaient « La mode française », moi j’en regardais les « images ». Car il s’agissait bien de croquis, longues femmes chapeautées aux élégances saisonnières, qui inspiraient les lectrices, toutes un peu couturières à leurs heures !      Maman avait le coup d’œil et l’adresse. Et si, debout sur la table je rechignais un peu de tourner pour qu’elle arrondisse le bas de la robe, par contre une douce sensation s’emparait de moi au... [Lire la suite]